Mon expérience Webcom Montréal 2010 : réflexions d’un entrepreneur TI (15)

Vive Montréal

Nous avons assisté au Webcom Montréal 2010 oette semaine, encore une fois, avec grand plaisir; ceci dit, force est de constater que cet événement a atteint une belle maturité avec non seulement plusieurs conférenciers de renommée internationale mais aussi, en prime, Jimmy Wales, fondateur de Wikipedia, et l’incontournable Clara Shih, auteure de The Facebook Era.

Ce n’est pas rien; alors toutes nos félicitations à Michel Chioni, Président de Webcom Montréal 2010, et son équipe qui ont encore fait un boulot extraordinaire et contribuer à faire de Montréal une destination web un peu plus incontournable.  On ne soulignera jamais assez l’apport d’événements d’envergure internationale tels ce Webcom Montréal 2010 au rayonnement et à l’essor économique de Montréal.

Soulignons qu’à l’écoute des conférenciers présents, on a pu aussi constater que Montréal possède une Web Crowd de qualité avec des stars reconnus mondialement comme Julien Smith, Tara Hunt, Adele McAlear, Michelle Blanc, Sylvain Carle et plusieurs autres.

(suite…)

La Gestion des Attentes Client : réflexions d’un entrepreneur TI (14)

On ne compte plus le nombre de projets TI qui se sont soldés par un échec relatif : échec sur le plan des budgets et / ou des échéances, cela est assez commun au point où cela semble être presque perçu comme normal aujourd’hui, même si ça ne devrait pas être le cas.  Ce dont on parle moins souvent toutefois, c’est des échecs sur le plan des attentes du Client.

La raison en est fort simple; lorsqu‘il y a divergence sur ce plan entre le Client et le développeur TI, le processus de développement logiciel amène presque toujours les deux parties à conclure que des besoins nouveaux sont apparus en cours de projet ou que des besoins initiaux n’ont tout simplement pas été identifiés à l’origine du projet.

Ces deux hypothèses de travail couvrent une large partie des cas. Mais, pas tous, et la réalité est parfois toute autre et aussi toute simple !

(suite…)

5 étapes pour bâtir un devis sans analyse : réflexions d’un entrepreneur TI (12)

À titre d’entrepreneur TI, on a tous vécu ça un jour ou l’autre : vous avez une opportunité avec un nouveau client (contact direct inopiné, référence professionnelle, d’amis ou de famille, etc.) et vous devez présenter un devis!   Alors, comment s’y prendre afin de ne pas se brûler les ailes tout en se donnant les meilleures chances de remporter ce compte ?  Allons-y voir !

L’œuf ou la poule ?

Nouveau client, donc, vous  ne connaissez pas sa réalité d’affaires, ni son secteur d’activités, enfin pas dans les détails; alors vous devrez d’emblée investir du temps en briefing (plus que moins…) et en recherche sur le marché.

D’abord, vous avez réussi à démontrer que vous avez les compétences (réalisations et expertises), les capacités (ressources humaines et financières) et que votre pérennité est assurée; enfin, autant que faire se peut en ce bas monde !  Sinon, ce devrait être là votre premier objectif; démontrez tout cela lors de votre premier meeting / briefing / lunch avec votre nouveau client potentiel.

Deuxième objectif : déterminer une fourchette budgétaire. Il vous dira que c’est à vous de le lui dire et vous direz; oui, mais je dois avoir au moins un ordre de grandeur… et ainsi de suite !

(suite…)

5 écueils à éviter au démarrage d’un projet TI

Michel Martel, entrepreneur de métier, et analyste-programmeur de formation, ne cesse de parfaire, peaufiner, raffiner ces techniques de démarrage de projet afin de toujours en assurer l’alignement avec les objectifs d’affaires.

Analystik a d’ailleurs investi massivement ces dernières années dans la mise en place de la méthodologie Agile-SCRUM mais aussi dans la formation / certification CMMI !  Et la raison en est fort simple, malgré tout ce que l’on peut dire, aux dernières nouvelles, les statistiques sont toujours les mêmes en termes de Gestion de Projets TI; plus de 83% dépassent soit les budgets, soit les échéances… parfois les deux !

Quelle en est la cause ?  Quels en sont les causes ?  Difficile à dire; cependant, on peut essayer d’identifier les écueils à éviter au démarrage d’un projet TI ?

(suite…)

Réflexions d’un entrepreneur TI (10) : une idée, ça n’a pas de prix, pour tout le reste…

Michel, entrepreneur de métier, participe à chaque année à Vision PDG organisé par  l’AQT (Association Québécoise des Technologies); afin de parfaire, peaufiner, raffiner sa planification stratégique et en assurer l’alignement avec ses objectifs d’affaires.

Le slogan de Vision PDG est « Pour des Présidents, par des Présidents »; tout est là, tout est dit.  Vous avez la chance d’entendre la vision de vos pairs et peut-être aussi de vous comparer un peu.  C’est toujours bon de se comparer, voire de se confronter; ainsi, ce qui n’est pas est assis sur des bases solides est rapidement mis à jour et tombe; ne vous laissant que ce qui tiendra la route ou ce qui a été éprouvé déjà. Cependant, il faut faire gaffe à ne pas non plus laisser tomber des intuitions prometteuses au premier doute !!!

(suite…)

Silverlight : et la lumière fût ou fût-elle… futile ?

Dans la foulée des mises à jour et des lancements de nouveaux produits.

Silverlight se rapproche lentement mais sûrement du quatuor de tête que constituent:

  1.  Windows OS/Server;
  2. Office Suite;
  3. le framework .Net;
  4. SharePoint.

Et pourquoi Microsoft déploie-t-elle tant d’efforts à mousser Silverlight ?  Et pourquoi devrions-nous utiliser Silverlight ?  Que veut Microsoft ou encore que propose-t-elle de nouveau en Web avec Silverlight ?  Et n’allez surtout pas croire que je veux là entamer un autre débat entre le bien et la mal.  Non,  nous n’entrerons pas ici dans la  confrontation « Open Source »  vs « .Net ».  Non le but de cet exercice est de mettre en lumière les particularités des différentes approches pour le développement d’applications Web et la conception de sites Web en regard, à la fois, de l’étendue des fonctionnalités, de la qualité de  l’expérience utilisateur et de la capacité d’intégration avec l’environnement TI des entreprises.  Nous voudrions ainsi pouvoir dégager l’offre ou, à tout le moins, circonscrire le positionnement de Silverlight.

(suite…)

Variations du coût d’entretien d’une application TI – l’architecture

La 2e question à cent mille balles, comme disent nos amis Français : combien cela coûtera-t-il à « maintenir » cette application ?   Dans ce dernier billet, nous nous concentrerons principalement sur l’Architecture alors que nous avons couvert la Documentation dans le billet précédent.

La liste des facteurs ayant un impact sur les coûts d’entretien d’une application TI ne se limite pas à ces deux facteurs, mais ce sont, à notre avis, les deux principaux.

(suite…)

Réflexions d’un entrepreneur TI (7) : variations du coût d’entretien d’une application TI

C’est l’autre question à cent mille balles, comme disent nos amis Français : combien cela coûtera-t-il à « maintenir » cette application ?   Dans ce cas-ci, par contre, la réponse ne relève pas de mille et un facteurs mais bien de deux facteurs dominants qui feront varier le coût d’entretien; soit, principalement, l’architecture et la documentation !

S’agit-il d’un billet sur la Gestion de Projets ?  Loin de là.  Et Dieu sait que la gestion de Projets a fait couler beaucoup d’encre en TI depuis une décennie et que cela mériterait toute une série de billets en soi… que nous ferons peut-être en 2010.  Mais pour les besoins de ce billet, nous prendrons pour acquis que tous les développeurs appliquent de bonne pratique en matière de Gestion de Projets.

La liste des facteurs ayant un impact sur les coûts d’entretien d’une application TI ne se limite pas à ces deux facteurs, mais ce sont, à notre avis, les deux principaux.

Variations libres sur un thème de « Maintenance » d’une application TI

(suite…)

Réflexions d’un entrepreneur TI (6) : variations du coût de développement d’une application

C’est la question à cent mille balles, comme disent nos amis Français : combien cela coûtera-t-il à développer cette application ?   Malheureusement, la réponse n’est jamais simple et jamais unique car il y a mille et un facteurs qui en feront varier le coût de développement… dont la méthodologie de travail et la notoriété de l’entreprise soumissionnaire ne sont pas les moindres !

Le client saisit-il bien toutes les subtilités et les implications sur le plan du développement logiciel de ses objectifs d’affaires ?  Veut-il une couche importante d’Intelligence d’Affaires ?  Quelle est la nature et l’état de son environnement TI actuel ?  Y a-t-il conflit en perspective ou incompatibilité entre l’application souhaitée et les systèmes / applications en place ?  Faudra-t-il développer d’autres applications ou mettre en place d’autres systèmes afin d’arrimer cette application ?   Dans quelle mesure, cette application est-elle critique à l’atteinte des objectifs d’affaires  de l’entreprise du client et si c’est le cas, devrons-nous remplacer certains systèmes en place ou en implanter d’autres ?  Devrons-nous optimiser certains processus des applications en place afin d’harmoniser l’interaction avec l’application développée ?  Quelle méthodologie le développeur utilisera-t-il ?  Quelle est l’architecture retenue ?

S’agit-il d’un billet sur la Gestion de Projets ?  Loin de là.  Et Dieu sait que la gestion de Projets a fait couler beaucoup d’encre en TI depuis une décennie et que cela mériterait toute une série de billets en soi… que nous ferons peut-être en 2010.  Mais pour les besoins de ce billet, nous prendrons pour acquis que tous les développeurs appliquent de bonne pratique en matière de Gestion de Projets.

(suite…)

Réflexions d’un entrepreneur TI (5) : gérer les attentes du client

La pénétration des TIC en entreprise et le rôle stratégique qu’elles ont tcquis dans le développement des affaires font en sorte qu’aucun projet TI n’est un vase clos.  J’entends par là que tout projet tTI a un impact sur d’autres départements et/ou applications et/ou processus d’affaires et/ou ressources que ceux et celles qu’il touche directement.

Conséquemment, la gestion d’un projet TI consiste aussi en bonne partie à gérer les relations avec d’autres départements. Les impacts sur d’autres applications et d’autres processus ainsi que sur d’autres ressources.

Il n’est pas toujours facile de naviguer sur des mers dont on ne connaît pas toujours bien les courants !!!  Alors comment ne pas nuire à la productivité de l’entreprise et de ses ressources ?

Les mille et un visages du Client

(suite…)