Développement orienté service, tous les bénéfices sans les risques !

Voir la version AMP

Le Développement orienté service offre tous les bénéfices du développement logiciel sur mesure mais sans les risques et sans les coûts d’un logiciel commercial; c’est ce que nous entendons aborder dans cette suite du billet précédent.

Nous expliquions dans le billet précédent qu’alors que le Développement logiciel sur mesure constitue un risque appréciable en termes de pérennité de services et de coûts de développement; le logiciel commercial, lui, entraîne souvent des coûts d’adaptation pré-installation faramineux et des frais récurrents de licence.

Ainsi, nous expliquions avoir pris une autre tangente depuis quelques années parce qu’elle nous apparaissait offrir le meilleur des deux mondes à la fois pour le client et pour le développeur; soit le Développement orienté-service qui s’appuie sur trois principes :

  1. développement par itération, en parallèle
  2. architecture orientée-service
  3. architecture « platformless »

Le Développement orienté service, domain-driven

Au niveau macro, le Développement orienté service peut s’exécuter en parallèle des systèmes et applications TI en place et il est orienté « fonction »; par itération de fonctionnalités répondant à des besoins d’affaires spécifiques, au fur et à mesure qu’elles sont requises dans le temps.

Plus encore, son extension au niveau micro permettra de faire du Développement « domain-driven »; c’est-à-dire de développer des fonctionnalités relatives à des processus spécifiques.

Ainsi, l’apport concurrentiel des nouvelles fonctionnalités développées peut s’affirmer au niveau « besoin d’affaires », « départements » mais aussi au niveau de « processus » spécifiques.

Le Développement orienté service se veut sans conteste un excellent choix stratégique pour offrir rapidement de nouvelles fonctionnalités générant un avantage concurrentiel et permettant de distancer la compétition.

Le Développement orienté service, sans risque

Nous avancions aussi que les services développés dans une architecture « platformless » grâce au protocole « low-level » REST et à l’environnement « .Net core 2 » offraient la liberté de ne plus être dépendants d’un environnement spécifique, Windows, Cloud ou Linux, pour l’hébergement.

Le fait que l’architecture des services développés soit autonome en minimise aussi grandement le risque de failles de sécurité et en facilite le monitoring.

Plus encore, nous favorisons leur hébergement dans le Cloud. Et dans la plupart des cas, nous préconisons l’utilisation du protocole HTTPS pour sécuriser la connexion.

 

Conclusion

Cette architecture orientée possède certainement une architecture plus complexe mais elle offre plusieurs bénéfices aux organisations dont la réduction des coûts de maintenance et la « scalabilité ».

Bonne réflexion,

Denis Paul & Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *